Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Jardins – Norman Hurens
Norman Hurens
aurore boréal – norman hurens
Norman Hurens  Norman Hurens
cristaux de glace – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Fruits glacés – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Masjestueux Cardinal – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Océan arctique – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Paysage d’hiver de toute beauté – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
plage de neige – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Renard d’arctique – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Rien de mieux qu’un bon chocolat chaud en hiver – Norman Hurens
Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
transparent comme du crystal – Norman Hurens

Photos noirs et blancs du photographe Leroy Skalstad

Je vous propose aujourd’hui, une série de photos en noir et blanc du photographe Leroy Skalstad. Photographe de rue, il prend pour modèle des gens de la rue et des sans abris.

 

Architectures et églises du monde

Le Paradoxe EPR

Le paradoxe EPR, abréviation de Einstein-Podolsky-Rosen, est une expérience de pensée, élaborée par Albert Einstein, Boris Podolsky et Nathan Rosen, dont le but premier était de réfuter l’interprétation de Copenhague de la physique quantique.

Norman Hurens
Le Paradoxe EPR de Albert Einstein, Boris Podolsky , Nathan Rosen

L’interprétation de Copenhague s’oppose à l’existence d’un quelconque état d’un système quantique avant toute mesure. En effet, il n’existe pas de preuve que cet état existe avant son observation et le supposer amène à certaines contradictions.

Or, si deux particules sont émises et qu’une relation de conservation existe entre une de leurs propriétés (par exemple, la somme de leurs spins doit être nulle, c’est-à-dire qu’il y a intrication quantique de l’état du système de ces deux particules), la connaissance de l’état de la première après une mesure effectuée sur celle-ci nous informe de l’état dans lequel se trouve la seconde particule avant une mesure effectuée sur celle-là plus tard, alors que – selon l’interprétation de Copenhague – la valeur mesurée est déterminée aléatoirement au moment de la mesure. Si la mesure sur la première particule a donné « + », et que la première particule se trouve donc dorénavant dans l’état « + », la mesure sur la seconde donnera toujours « – ».

Un des problèmes est que cette dernière particule peut, à l’instant de la mesure, se trouver à une distance aussi grande qu’on le veut dans l’univers observable de la première. La ligne d’univers qui relie les deux événements « mesure sur la particule 1 » et « mesure sur la particule 2 » de l’espace-temps peut même être une courbe de genre espace, et la seconde particule ne peut donc absolument pas, dans ce dernier cas, « être informée » de quelque façon que ce soit de l’état dans lequel se trouvait la première après la mesure. Comment croire, dans ces conditions, que l’état dans lequel est trouvé la seconde particule après la mesure n’était pas déterminé dès le départ, en contradiction avec la représentation de Copenhague ?

Norman Hurens  Norman Hurens  Ce paradoxe est élaboré par Albert Einstein et deux de ses collaborateurs Boris Podolsky et Nathan Rosen pour soulever ce qui semblait apparaître comme une contradiction dans la mécanique quantique, ou du moins une contradiction avec au moins l’une des trois hypothèses suivantes :

impossibilité pour un signal de dépasser la vitesse c (causalité relativiste) ;
la mécanique quantique est complète et décrit entièrement la réalité (pas de variable cachée locale) ;
les deux particules éloignées forment deux entités pouvant être considérées indépendamment l’une de l’autre, chacune étant localisée dans l’espace-temps (localité).

Albert Einstein

Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Albert Einstein

Albert Einstein né le 14 mars 1879 N 1 à Ulm, dans le Wurtemberg, et mort le 18 avril 1955 à Princeton, dans le New Jersey, est un physicien théoricien qui fut successivement allemand, apatride (1896), suisse (1901) et de double nationalité helvético-américaine (1940)1.

Il publie sa théorie de la relativité restreinte en 1905 et sa théorie de la gravitation dite relativité générale en 1916. Il contribue largement au développement de la mécanique quantique et de la cosmologie, et reçoit le prix Nobel de physique de 1921 pour son explication de l’effet photoélectrique. Son travail est notamment connu du grand public pour l’équation E=mc2, qui établit une équivalence entre la matière et l’énergie d’un système.

Il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands scientifiques de l’histoire, et sa renommée dépasse largement le milieu scientifique. Il est la personnalité du xxe siècle selon l’hebdomadaire Time.

Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Boris Podolsky

Boris Podolsky – né le 29 juin 1896 à Taganrog, en Russie, mort le 28 novembre 1966 à Cincinnati, aux États-Unis – est un physicien américano-russe. En 1933, Podolsky et Lev Landau ont l’idée d’écrire un manuel d’électromagnétisme commençant par la relativité restreinte et soulignant des postulats théoriques plutôt que des lois expérimentales. Il ne finiront pas ce projet ensemble par suite de l’émigration de Podolsky de l’Union Soviétique mais, dans les mains de Lev Landau et de E. Lifshitz, l’œuvre produite est devenue « la théorie classique de champs » (1951). Quant à Podolsky, associé à K. Kunz, il sera à l’origine des « principes fondamentaux de l’électrodynamique » (1969).

 

 

 

 

 

Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens
Nathan Rosen

Nathan Rosen est un physicien (né le 22 mars 1909 à Brooklyn – mort le 26 juillet 1995 à Haïfa) qui collabora en 1935 avec Albert Einstein et Boris Podolsky sur l’interprétation de la mécanique quantique. Ils écrivent tous trois en 1935 le fameux article « La description de la réalité physique par la mécanique quantique peut-elle être considérée comme complète ? » (Physical Review, n° 47), dit du « paradoxe EPR ».

Il collabora également en 1935 avec Albert Einstein sur la théorie du trou de ver (ou pont Einstein-Rosen), théorie selon laquelle un trou noir et un trou blanc (ou fontaine blanche) seraient reliés l’un a l’autre. Le trou blanc étant l’exact symétrie d’un trou noir, expulsant de la matière au lieu de l’attirer comme le fait le trou noir.

Il émigre après la Seconde Guerre mondiale en Israël, où il fonde l’Institut de physique du Technion de Haïfa.

Le chien est la première espèce animale à avoir été domestiquée par l’Homme pour l’usage de la chasse dans une société humaine paléolithique qui ne maîtrise alors ni l’agriculture ni l’élevage. La lignée du chien s’est différenciée génétiquement de celle du loup gris il y a environ 100 000 ans, et les plus anciens restes confirmés de chien domestique sont vieux, selon les sources, de 33 000 ans ou de 12 000 ans, donc antérieurs de plusieurs dizaines de milliers d’années à ceux de toute autre espèce domestique connue. Depuis la Préhistoire, le chien a accompagné l’homme durant toute sa phase de sédentarisation, marquée par l’apparition des premières civilisations agricoles. C’est à ce moment qu’il a acquis la capacité de digérer l’amidon, et que ses fonctions d’auxiliaire de l’homme se sont étendues. Ces nouvelles fonctions ont entraîne une différenciation accrue de la sous-espèce et l’apparition progressive de races canines identifiables. Le chien est aujourd’hui utilisé à la fois comme animal de travail et comme animal de compagnie. Son instinct de meute, sa domestication précoce et les caractéristiques comportementales qui en découlent lui valent familièrement le surnom de « meilleur ami de l’Homme ».

Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens  Norman Hurens