La part de marché du système mobile de Google a été multipliée par plus de six en 2010 en France. L’iPhone et le BlackBerry résistent, tandis que Microsoft et Nokia chutent.

Norman Hurens  La France n’échappe pas au phénomène Android. En décembre 2010, la part de marché du système d’exploitation de Google dans les smartphones avoisinait les 20%, selon les résultats d’un sondage de comScore communiqués au figaro.fr. Un an auparavant, à peine 3% des Français âgés de plus de 13 ans utilisaient un téléphone portable animé par le système Android.

Cette percée de Google a provoqué d’importants chassés-croisés dans le mobile l’an dernier (voir le graphique ci-dessous). L’iPhone, qui enregistrait jusqu’alors la plus forte croissance, a été stoppé net : sa part de marché est restée stable, autour de 30%. Nokia a lui perdu dix points et se retrouve maintenant au niveau d’Apple. Même sanction pour Microsoft, qui ne séduit plus que 10% des possesseurs de smartphones contre 20% un an plus tôt, malgré la sortie des premiers Windows phone 7 en octobre. Seul le BlackBerry s’en est mieux sorti, passant de 5 à 8% de parts de marché.

La moitié des mobiles vendus en 2011 seront des smartphones

Déjà bien implanté aux États-Unis, où il est passé devant Apple, Google a tardé à s’imposer dans la téléphonie mobile en France. Les opérateurs ont commencé à promouvoir plus fortement les portables Android au cours de l’été, ce qui a permis d’atténuer leur dépendance à l’iPhone. Avec désormais plus de 100.000 applications disponibles, le système d’exploitation de Google est parvenu à maturité et a bénéficié de la sortie de nouveaux terminaux capables de rivaliser avec le smartphone d’Apple, comme le Samsung Galaxy S et le HTC Desire.

Si elles souffrent aujourd’hui de la concurrence d’Android, toutes les plateformes bénéficient cependant d’un marché porteur. En 2010, le nombre d’utilisateurs de smartphones en France est passé de 7 à 12 millions, d’après les mesures de comScore. Cette année, près d’un téléphone portable vendu sur deux appartiendra à cette catégorie, soit environ 12 millions d’appareils supplémentaires, selon les prévisions de GfK. Au cours des prochaines années, les smartphones pourraient représenter «90% du marché mobile», estimait la semaine dernière François Klipfel, directeur général adjoint de l’institut d’études.

Norman Hurens  Norman Hurens