Norman Hurens  Des «Anonymous» manifestent contre une loi sur les médias en Hongrie. Crédits photo : © Lisi Niesner / Reuters/REUTERS

Après avoir défendu WikiLeaks et encouragé les attaques contre les sites gouvernementaux tunisiens, le mouvement «Anonymous» s’engage aux côtés des manifestants en Égypte. Plusieurs membres, souvent jeunes, viennent d’être arrêtés en Europe.

Alors que les manifestants envahissent les rues en Égypte, une autre contestation, plus discrète, prend de l’ampleur. Sur Internet, des internautes se coordonnent à nouveau pour mener des attaques informatiques contre les sites gouvernementaux égyptiens. Le site du ministère de l’Intérieur est resté inaccessible pendant une dizaine de minutes mardi. Le ministère de la Communication devait être leur prochaine cible mercredi.

Ces internautes, éparpillés dans le monde, revendiquent leur appartenance aux «Anonymous» (les «Anonymes»), une nébuleuse attachée à la défense des libertés sur Internet. Leurs premières actions ont visé l’église de Scientologie en 2008. L’an dernier, ils s’en sont pris aux banques qui ont abandonné WikiLeaks. Ils ont ensuite migré vers des combats politiques, en s’attaquant au site officiel du président tunisien Ben Ali, puis en multipliant les messages de menace à l’adresse de tous les régimes autoritaires.

«Ce ne sont pas des experts en géopolitique»

Pour faire entendre leur voix, ces membres du réseau «Anonymous» mènent le plus souvent des attaques par déni de service distribué (DDoS). Grâce à un logiciel gratuit ne nécessitant pas de compétences informatiques poussées, déjà téléchargé plus de 200.000 fois, leurs ordinateurs se connectent au même moment sur le site Internet qu’ils ont défini comme cible, afin de le surcharger de connexions. Au Zimbabwe, 500 participants ont suffi à faire planter la page du président Mougabe. Ils étaient plusieurs milliers en Tunisie.

Ce groupe affirme ne pas avoir de chef. Mais «dans les faits, il y a des leaders, qui montent les sites Internet, créent des affiches de propagande et définissent des cibles», explique au figaro.fr Gwendal Delcros, chercheur en sécurité informatique au Cert-LEXSI. Ils seraient quelques dizaines, souvent jeunes et Occidentaux. Leur intérêt pour la Tunisie et l’Égypte relèverait à l’origine de l’opportunisme, pour attirer l’attention des médias. «Ce ne sont pas des experts en géopolitique», affirme Gwendal Delcros, qui a observé leurs discussions. Ainsi, l’action lancée en Algérie a d’abord été baptisée «Opération couscous», avant d’être renommée.

Leurs agissements ont pourtant des répercussions concrètes dans les pays concernés. «Il ne faut pas limiter ce mouvement à ceux qui en constituent le noyau dur», analyse François Paget, «chercheur de menaces» chez l’éditeur McAfee. Parmi les internautes qui se sont emparés de Facebook et de Twitter pour relayer les appels à manifester et échanger des informations en Égypte et en Tunisie, certains ont aussi participé aux attaques ou y ont vu le signe d’un soutien international. C’est le cas du blogueur Slim404 devenu secrétaire d’État. Le collectif Anonymous est une «nouvelle forme de citoyenneté internationale», a-t-il plaidé dans un entretien à Public Sénat. Provoquer le plantage d’un site officiel est un symbole fort.

Plusieurs adolescents arrêtés en Europe

Pour les spécialistes de la sécurité informatique, les «Anonymous» parviennent en fait à faire sortir de l’ombre et à populariser la notion d’activisme par Internet, ou «hacktivisme». «Les attaques par déni de service deviennent l’équivalent sur Internet du démontage d’un McDonald’s», explique François Paget. Et le mouvement serait amené à prendre de l’ampleur en 2011, avec des méthodes de contestation plus sophistiquées. «Nous sommes aux prémices d’actions plus importantes et organisées», estime-t-il.

Confrontés à ces attaques, les gouvernements ont encore un temps de retard. «Ils ont des dizaines de sites à surveiller, l’avantage est toujours à l’attaquant», juge Gwendal Delcros. Mais ils commencent aussi à riposter. Si le déni de service ne fait pas de dégâts physiques, il est illégal dans la plupart des pays. Jeudi, cinq jeunes membres présumés des «Anonymous» ont été interpellés en Angleterre, en lien avec les actions pour défendre WikiLeaks. Deux autres ont été arrêtés en décembre, aux Pays-Bas et en France. Tous avaient entre 15 et 26 ans.