Norman Hurens  La page du fondateur du site a été piratée. Le réseau social n’envisage pas de prendre un tournant stratégique, contrairement à une annonce publiée sur le profil de Mark Zuckerberg.

Même si Mark Zuckerberg s’est engagé à léguer la moitié de sa fortune à la fondation caritative de Bill Gates, Facebook n’est pas prêt à se transformer en entreprise philanthropique. Le message en ce sens, laissé mardi sur la page de son fondateur, n’était autre que l’œuvre d’un hacker, révèle le site gizmodo.fr.

«Si Facebook a besoin d’argent, au lieu d’aller voir les banques, pourquoi Facebook ne permet-il pas aux utilisateurs d’investir dans Facebook de manière sociale? Pourquoi ne pas transformer Facebook en un ‘business social’ tel que l’a défini le Prix Nobel Muhammad Yunus? Qu’en pensez-vous?». Au moment où le réseau social lève des sommes colossales auprès des banques, ce changement stratégique évoqué sur la page de Mark Zuckerberg avait de quoi surprendre plus d’un observateur.

Wall Street aux aguets

Le message qui a connu une durée de vie limitée a quand même provoqué la réaction de 1800 internautes après seulement trois minutes. Et la nouvelle était en mesure de faire trembler Wall Street. De fait, l’entreprise valorisée à près de 50 milliards de dollars est l’objet de toutes les convoitises, de la banque Goldman Sachs aux entreprises de capital risque.

Une introduction en Bourse de la nouvelle star du web attendue en 2012, largement évoquée par la presse, est en outre perçue comme un moyen de dynamiser les marchés. Par ailleurs, fort de ses 500 millions d’adhérents et de son statut de prescripteur, le réseau social aurait pu entraîner d’autres entreprises dans sa reconversion philanthropique. En somme, les investisseurs n’auraient pas digéré que la poule aux œufs d’or migre vers des œuvres ou causes sociales.

Depuis «l’incident», le message et les nombreux commentaires ont été supprimés. Le réseau social a en outre décidé de renforcer sa sécurité : il propose désormais une connexion sécurisée HTTPS de bout en bout. Il faut dire que Facebook cumule les piratages depuis quelques jours. La page Facebook de Nicolas Sarkozy a également été piratée à deux reprises cette semaine. Un faussaire laissait entendre sur la page facebook du président que ce dernier n’entendait pas se représenter en 2012.