FACEBOOK, réseau social en activité au Japon malgré sa difficulté à s’implanter,  est actuellement le point de ralliement pour les internautes et les utilisateurs. En effet le commandement américain qui supervise l’opération «Tomodachi» («Amis») d’assistance au Japon, a dû se résoudre la semaine dernière à couper l’accès à certains sites Internet au Japon pour libérer de la bande passante nécessaire pour les communications, dans le cadre des opérations de secours.

Il s’est avéré que la connexion à 13 sites Internet a été temporairement bloquée. Cette «interdiction partielle» a concerné notamment YouTube, eBay, Amazon, les chaînes de télévision MTV et ESPN. Rien à voir avec le contenu de ces sites: la mesure a été décidée, «pour répondre aux besoins des militaires à un moment d’immense utilisation de tous les réseaux dans une région du monde qui a été dévastée »

FACEBOOK reste l’endroit idéal où les gens ont besoin de se retrouver, où les étrangers peuvent se connecter avec leurs amis japonais, alors que Mixi n’est ouvert qu’aux Japonais. Ce lieu internet où les témoignages permettent de rassurer les populations, de retrouver ses amis et d’échanger les dernières informations.

Cela montre qu’en situation de crise, Facebook devient une sorte de service de première nécessité», explique un observateur du secteur.

Nous constatons que les réseaux sociaux sont importants, car ouverts à tous, où les frontières n’existent pas, où toute une population, ami (e), fraternelle et parentale se rejoignent.