Norman Hurens  Le site de socialisation a révélé vendredi qu’il venait de lever 1,5 milliard de dollars, dont 1 milliard auprès de clients de la banque d’affaires Goldman Sachs, mais hors Etats-Unis.

Facebook montre patte blanche pour s’éviter les foudres du gendarme de la bourse américain. Le site de socialisation a révélé vendredi qu’il venait de lever 1,5 milliard de dollars, dont 1 milliard auprès de clients de la banque d’affaires Goldman Sachs hors Etats-Unis. « Facebook annonce qu’il a levé 1,5 milliard de dollars au cours d’une opération le valorisant à 50 milliards de dollars environ« , indique le géant internet dans un communiqué.

Facebook levait ainsi le voile sur des informations qui avaient circulé dans la presse financière ces dernières semaines, provoquant une polémique et une enquête des autorités boursières sur son offre privée, qui est susceptible d’enfreindre la réglementation boursière américaine. Face à cette polémique et au risque juridique, Goldman Sachs avait annoncé lundi qu’il renonçait à placer des actions Facebook auprès de clients  américains, au risque de mécontenter nombre d’entre eux.

« La transaction a consisté en deux parties: une offre sursouscrite aux clients hors Etats-Unis, au sein d’un fonds qui a investi 1 milliard de dollars  dans des actions Facebook ordinaires« , indique le communiqué. L’autre opération a été effectuée en décembre. L’actionnaire de Facebook « Digital Sky Technologies (DST), Goldman Sachs et un fonds géré par Goldman  Sachs ont investi 500 millions de dollars dans d’autres actions ordinaires pour la même valorisation« , détaille le communiqué