Petit rappel en arrière : Google était en procès depuis plusieurs mois avec des auteurs et éditeurs américains (The Authors Guild, Association of American Publishers, etc.) dans le cadre de son outil Google Book Search. Le problème toucha à sa fin  avec un jugement lui donnant la possibilité de continuer à scanner les livres, contre une charte d’obligations et ce fut en Octobre 2008 et pour une somme de 125 Millions de dollars.

Nouveau rebondissement sur cette affaire. Un juge américain vient de révoquer l’accord en cours de négociation intense entre GOOGLE et les éditeurs d’ouvrages américains. Il met en avant le fait que cet accord doit être basé sur un principe d’opt-in.

Actuellement ce n’est pas le cas, donc le juge fédéral américain refuse l’accord entrevu entre Google et les éditeurs de livres américains, en négociation notamment avec l’Authors Guild et l’Association of American Publishers (AAP) depuis 2009, l’estimant trop favorable à la société de Mountain View par rapport à des concurrents comme Amazon et Microsoft.

Selon le même juge, il n’est pas possible d’effectuer de façon automatique une numérisation des contenus avant de discuter des droits d’auteur avec les éditeurs. L’accord n’est pas « juste, adéquat et raisonnable » selon ce représentant de la justice américaine.
Denny Chin demande donc que les accords passés entre Google et les éditeurs soit basés sur l’opt-in (accord préalable avant toute action) plutôt que sur l’opt-out (décision a posteriori) comme actuellement. Voici qui devrait retarder encore un peu plus le projet de bibliothèque numérique que Google désire développer.