La mince atmosphère de la lune contient du néon, un gaz couramment utilisé dans les panneaux électriques sur la terre en raison de son éclat intense.

Pendant des décennies, les scientifiques ont spéculé sur la présence de ce gaz dans l’atmosphère de la lune. Il n’y a pas assez de néon pour faire briller la lune visiblement parce que l’atmosphère de la lune est extrêmement ténue, environ 100 milliards de fois moins dense que l’atmosphère terrestre au niveau de la mer. Une atmosphère dense comme la Terre est relativement rare dans notre système solaire, car un objet doit être suffisamment massif pour avoir assez de gravité pour le retenir.

La plupart de l’exosphère de la lune vient du vent solaire, un mince filet de gaz électriquement conducteur soufflé de la surface du soleil dans l’espace à environ un million de miles par heure. La plupart du vent solaire est de l’hydrogène et de l’hélium, mais il contient beaucoup d’autres éléments en petites quantités, y compris néon. Tous ces éléments influent sur la lune, mais seulement hélium, le néon, l’argon et sont suffisamment volatils pour être retourné à l’espace. Le reste des éléments collera indéfiniment à la surface de la lune.

L’instrument ladee NMS confirme que l’exosphère de la lune est constitué principalement de l’hélium, l’argon et le néon. Leur abondance relative dépend du moment de la journée sur la lune

Lancé en Septembre 2013 à partir de la NASA de Wallops Flight Facility en Virginie, ladee a commencé son orbite autour de la lune le 6 octobre et la collecte de données scientifiques le 10 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *