Norman Hurens  A partir de certains serveurs basés en chine, plusieurs systèmes du gouvernement canadiens ont été piratés et ce qui a obligé le gouvernement a bloqué les accès internet. PEKIN nie toute cette affaire!!!!

C’est la seconde fois que ce genre d’actualité est découverte, mais en janvier 2011, ce fut le gouvernement canadien qui fut la victime de la cyberattaque chinoise. Les hackers ont réussi à prendre le contrôle d’ordinateurs de hauts fonctionnaires canadiens de deux administrations stratégiques : le ministère des Finances et le Conseil du Trésor.

Cette intrusion a pour but de mettre la main sur les mots de passe des systèmes afin «de débloquer toutes les bases de données du gouvernement», souligne la télévision publique CBC, et les accès Internet ont été coupés dans les deux ministères concernés, ce qui eu pour effet d’obliger leurs employés à travailler de chez eux ou depuis des cyber-cafés. Les services secrets ont été mobilisés pour s’en assurer et pour identifier les auteurs de la cyberattaque.

Pirates indépendants ou pilotés par Pékin ?

Ce que nous savons, les attaques ont été localisées en Chine, mais rien ne prouve jusqu’à présent qu’elles aient été utilisés par des Chinois. Toutefois, s’agirait il de pirates indépendants ou bien sont-ils télécommandés par le gouvernement de Pékin ? Impossible à déterminer, mais en tout état de cause l’espionnage en provenance de Chine est devenu un problème majeur pour le Canada.

Norman Hurens  PEKIN nie toute cette affaire haut et fort et prétend attacher de l’importance à la sécurité des réseaux informatiques et demande aux utilisateurs des ordinateurs et de l’internet de se conformer aux lois et règlements. Elle s’insurge également car se dit elle même pirater à tous niveaux.

Mais une forte présomption s’impose car des affaires précédentes à celle ci, telles que celle de l’attaque de groupes pétroliers internationaux, et de GOOGLE ont été mises au grand jour depuis plus d’un an.