Norman Hurens  Black Hat oui, mais il y a des limites. Trois journalistes français d’un magazine sur la sécurité se sont vus exclure de la célèbre conférence de Las Vegas pour une plaisanterie que n’ont pas vraiment goûté les organisateurs. Ils ont piraté le réseau informatique de la salle de presse jeudi !
Dominique Jouniot et Mauro Israel, experts en sécurité de Global Security, partenaire de la conférence, ainsi que Marc Brami, directeur du magazine en question, se sont vus remerciés de leur participation à la conférence Black Hat qui se déroulait à Las Vegas cette semaine. En cause, leur utilisation de logiciels, des « renifleurs », permettant de dérober les identifiants sur le réseau des participants et dont des journalistes d’eWeek et CNET ont été victimes.

« C’était une grosse erreur« , a déclaré Brami, joint par téléphone par CNET, « [Israel] a dit qu’il s’agissait d’une plaisanterie et qu’il ne pensait pas que c’était important« .

Les organisateurs ont obligé les trois hommes a quitter la conférence, leur ont confisqué leurs badges et les ont interdits d’accès à la prochaine conférence Defcon ainsi qu’à toute future conférence Black Hat.

Pour Brami, invité à s’exprimer sur l’incident : « Ce n’est pas bon pour mon magazine mais ce n’est également pas bon pour la Black Hat… ils ont probablment perdu un bon supporter« .

Le réseau privé utilisé par la Black Hat était sécurisé vis-à-vis du réseau public mais les organisateurs ne pensaient pas devoir protéger les ordinateurs individuellement au sein même de la salle de presse.