Norman Hurens  Les problèmes s’accumulent pour le service Street View de Google et ses voitures un peu trop curieuses… Une coalition de 40 états menée par le procureur du Connecticut vient d’obtenir l’aveu de l’entreprise américaine au sujet d’informations « reniflées » par les Google Cars. Un aveu qui pourrait éviter un procès à la firme de Mountain View…

George Jepsen, le procureur du Connecticut, est actuellement à la tête d’une coalition de 40 états qui ont pour but de demander des explications à Google au sujet de son service Street View et d’éventuelles collectes de données personnelles par les Google Cars, problème récurrent dans de nombreux pays depuis bien longtemps.

Le quotidien Los Angeles Times a révélé hier que Google aurait admis, au travers d’une lettre envoyée au procureur, avoir collecté des données comme des adresses e-mail (partielles ou complètes) ou des URL de sites visités par certains internautes. Cet aveu permettrait de négocier avec la coalition en cours pour éviter un procés jugé « long et coûteux ». Il va donc maintenant falloir négocier et on peut parier que Google devra ouvrir son porte-monnaie pour corriger le tir