Norman Hurens  Yahoo a confirmé mardi le licenciement de 4% de ses effectifs, soit de 600 de ses quelque
14 000 employés.

Les rumeurs allaient bon train depuis plusieurs semaines. La presse allait jusqu’à suggérer que Yahoo s’apprêtait à renvoyer 20% de son personnel.

«Les changements touchant notre personnel aujourd’hui font partie de notre stratégie qui vise à assurer à Yahoo une croissance du revenu et des marges de profits», a écrit le géant Internet dans un communiqué diffusé hier.

La plupart des congédiements, qui ont commencé à être annoncés mardi, se feront au sein du département produit. Les employés concernés auront droit à une prime de départ et bénéficieront d’un service de reclassement. L’entreprise avance qu’elle continuera toutefois à recruter à l’échelle mondiale afin de remplir des postes clés.

Yahoo a eu du mal à se démarquer de concurrents tels que Google, Facebook ou Twitter. Bien qu’il reste un des portails web les plus populaires, son revenu basé en grande partie sur la vente publicitaire stagne depuis quelque temps.

Certains observateurs pensent que la dirigeante de Yahoo, Carol Bartz, pourrait ne pas terminer son mandat de quatre ans aux commandes de l’entreprise. Arrivé en janvier 2009, Mme Bartz n’a pas encore montré qu’elle pouvait redresser la situation. Avant cette réduction d’effectifs, Yahoo avait déjà fait cet automne plusieurs remaniements au sein de sa direction.